Notre cinquième et dernier atelier « Essence de mon projet artistique » se concluait hier à la Haute école de design de Genève, et c’est un tantinet ému que j’ai dû prendre congé…

Belle expérience, ces ateliers que la direction de la HEAD m’a fait l’honneur de me confier. Mon projet partait d’un pari: il y a la place, et plus que cela: une réelle utilité, dans un master en design, pour un coaching de groupe visant, non pas à faire travailler ensemble les étudiants sur un projet commun, mais à les aider à consolider leur projet, leur vision et leur futur.

Le groupe n’a pas un projet mais dix, et chacun profite de l’énergie du groupe et des expériences personnelles partagées pour son propre développement.

Le coach ne coache alors pas individuellement, mais invite chacun à une pratique d’exercices choisis qui favorisent les prises de consciences, stimulent la pratique de l’expression personnelle, permettent un nouveau regard sur soi et sa création, ouvrent de nouvelles perspectives de présentation de ses créations. Accessoirement, ces pratiques en commun ont permis de fonder ce groupe dont les membres se croisaient sinon presque anonymement.

Quelques pratiques réalisées durant ces rencontres :

  • Ecoute active.
  • Mindmapping, pour défricher simplement et exhaustivement son projet.
  • Approche systémique phénoménologique, pour identifier les « systèmes » qui ont nourri et nourrissent la personne, pour clarifier les appartenances et consolider les liens (photo).
  • Stratégie de Walt Disney, pour approfondir le projet autour de trois dynamiques fondamentales: le rêve, la réalité, la critique.
  • Pyramide des niveaux logiques, pour clarifier les valeurs, croyances, savoir-faire et pensées, et renforcer ainsi l’axe identité-action de l’individu.
  • Présentation en binômes ou en plénière.
  • Qi gong et exercices corporels visant à l’enracinement, la maîtrise et la confiance en soi.

Les observations que j’ai pu faire dans les derniers ateliers et les retours des participants permettent de dresser un petit catalogue des bénéfices possibles de telles interventions à l’école :

  • Prise de conscience des racines du projet (artistique), de ses valeurs et ressorts
  • Affinage de l’identité de chacun en tant que créateur ou designer
  • Clarification des facteurs limitants dans le projet personnel (freins, peurs, pensées automatiques, éducation, culture…)
  • Collaboration et partage entre étudiants jusque là plutôt poussés à l’individualisme
  • Présentation en public des projets personnels plus fluide
  • Développement de l’écoute et de l’accueil du projet de l’autre
  • Acquisition de pratiques d’organisation du temps
  • Apprentissage de moment de retour sur soi, fenêtres pacifiantes dans un flux scolaire et professionnel plutôt stressant

La preuve, une fois de plus, que l’accompagnement, personnel ou de groupe, ne se limite pas à la sphère des « problèmes » ou des « pathologies », mais s’adresse bien à tout un chacun, dès lors qu’il est question de se connaître et d’améliorer sa relation au monde…

Share